Nomad

La Nomad de Sega est une console de jeux vidéo portable qui utilise les cartouches de jeux Mega Drive. Son nom de code durant son développement était « Project Venus » conformément à l’habitude prise par Sega de donner des noms de code d’après les planètes du système solaire.

Elle est mise uniquement sur le marché américain le 13 octobre 1995.

La console permet de jouer à 5 joueurs simultanément, grâce à l’utilisation d’un adaptateur et des manettes de jeu. Il faut alors la brancher sur la télévision, et utiliser de préférence un adaptateur secteur car la batterie se vide alors très rapidement.

Elle fut un échec commercial. Pesant près de 440g sans la batterie et d’une cartouche, la Nomad est assez encombrante. Sa faible autonomie et son prix élevé de 180$ expliquent sans doute en partie cet échec malgré une puissance bien supérieure à la Game Boy.

Ligne

Présentation

La Nomad est une console portable aussi basée sur la Mega Drive 2, développée par Sega of America et sortie uniquement aux USA.

Il s’agit en réalité d’une Mega Jet (l’inspiration saute aux yeux) à laquelle on a intégré un écran LCD à matrice active (on voit l’image même de côté) et un haut-parleur pour en faire une véritable console portable. Tout comme la Mega Jet, elle permet aussi de jouer sur une TV et à 2 joueurs grâce à un port manette supplémentaire se trouvant sous la console.

La console ne possède pas de compartiment intégré pour les piles, elle est vendue avec un boîtier qu’on peut fixer à l’arrière et contenant 6 piles pour une autonomie de 3 à 5h, voire moins de 2h avec des piles rechargeables (accus).

Vous l’aurez compris, la Nomad est une fantastique portable mais elle a un très gros point faible : sa consommation !
Si aujourd’hui les piles et les accus ont gagné en capacité et qu’on parle de plus de 5h d’autonomie avec de bons accus, pour l’époque, cela revenait très cher en pile

Il existerait un prototype européen (PAL) de la Nomad qui était aussi prévue en Europe mais qui n’est finalement pas sortie car la Mega Drive était déjà en déclin en 1995.

Ligne

Spécifications techniques

ProcesseurMotorola 68000 16 bit cadencé à 7,67 MHz
Coprocesseur (carte-son)Zilog Z80 8-bit à 3,58 MHz
Mémoire156 kio au total 64 kio de RAM 64 kio de VRAM 8 kio de RAM pour le son 20 kio de ROM
Palette graphique512
Couleurs affichées64
Maximum de sprites affichés80
Résolution320 × 224
SonYamaha YM2612 FM 6 canaux, 4 canaux PSG additionnels. Son Stéréo. Texas Instruments SN76489 PSG (Programmable Sound Generator)
AffichageÉcran LCD à matrice passive
Alimentation9V, 850 mA (même consommation que la Genesis / Mega Drive II)
Dimensions190 mm (W) x 108 mm (H) x 51 mm (D)

Ligne

Bibliographie

  • (en) Steven L. Kent, The Ultimate History of Video Games : The Story Behind the Craze that Touched our Lives and Changed the World, Roseville, Prima Publishing, 2001, 608 p. (ISBN 0-7615-3643-4, OCLC 47254175)
  • (en) Sam Pettus (dir.), Service Games : The Rise and Fall of SEGA, Lexington, eBook, 2013, 472 p. (ISBN 1494288354, OCLC 870972911)

Ligne

Source : Wikipédia

Le Conservatoire du Jeu – Août 2020